Plus de flexibilité pour les régions

Les directions régionales de Santé publique auront le pouvoir de fermer une portion de leur territoire si la situation l’impose. – Photo archives CJTB.

Les régions auront davantage de pouvoir de décisions pour faire face à une seconde vague de COVID-19. Les directions régionales de la Santé publique pourront analyser la situation sur leur territoire en fonction des recommandations de la Santé publique et prendre la décision de fermer l’accès à une portion de leur territoire au besoin. Une politique de décentralisation pertinente, selon le p.-d.g. du CISSS de la Côte-Nord Claude Lévesque.

«Cela nous paraît très pertinent et intéressant de voir le pouvoir donné dans les mains du local. Chaque territoire possède ses propres caractéristiques et à la lumière de cela ça nous permet d’agir de façon plus articulée et peut-être d’y aller de façon plus progressive » soulignait Claude Lévesque lors d’un point de presse vendredi.

Des indicatifs plus précis qui aideront les directions régionales de la Santé publique dans leur prise de décision devraient être connus la semaine prochaine selon le médecin-conseil Dr Richard Fachehoun.

Processus de dépistage amélioré

Le CISSS de la Côte-Nord annonce des améliorations dans le processus de dépistage qui seront mises en place dans les prochains jours.

Les tests de dépistages sont désormais analysés au laboratoire du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à l’exception des tests de dépistage des enfants qui sont toujours analysés sur la Côte-Nord.

Pour diminuer le temps de réponse après le dépistage, le CISSS augmentera la fréquence des envois des échantillons au laboratoire saguenéen, passant de 3 à 7 envois par semaine.

Pour joindre plus facilement les gens suite à un test de dépistage, le CISSS de la Côte-Nord contactera les patients par courriel et par téléphone pour annoncer un test négatif.

Selon le Dr Richard Fachehoun, les personnes positives à la COVID-19 ont toujours été contactées rapidement par l’équipe dédiée à la tâche. Toutefois certaines personnes testées négatives à la COVID-19 sur la Basse-Côte-Nord ont dû attendre plusieurs semaines avant d’obtenir leur résultat.

Deux hospitalisations

La Côte-Nord comptait en date du 4 septembre deux cas actifs de COVID-19. Selon les statistiques du CISSS de la Côte-Nord, la MRC de Caniapiscau a connu jeudi un premier cas positif depuis le début de la pandémie. Toutefois, selon un communiqué de la municipalité de Fermont, l’individu concerné aurait contracté la maladie à l’extérieur de la région et qu’il n’y est pas retourné. La personne serait présentement hospitalisée.

Jeudi, la MRC de Manicouagan a enregistré un nouveau cas positif. Ce cas serait survenu dans une résidence pour aînés.

Le CISSS de la Côte-Nord a rapidement mis en place son plan d’action en testant les proches de la personne, selon Claude Lévesque qui estime que «c’est dans l’action qu’on démontre notre efficacité».

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s