La Basse-Côte-Nord épargnée par la trichomonose?

Photo tirée de la chaîne YouTube du Réseau canadien pour la santé de la faune

La Basse-Côte-Nord serait épargnée par un parasite affectant les oiseaux dont la présence a été étudié dans l’est du pays depuis plus d’une décennie. La présence de la trichomonase est connue à Terre-Neuve-et-Labrador et au Québec, toutefois l’organisme chargé d’étudier cette maladie ne recense aucun cas sur la Côte-Nord jusqu’à aujourd’hui.

La trichomonase, aussi connue sous le nom de chancre ou de frounce, est une maladie causé par un parasite microscopique, le Trichomonas gallinae. Elle affecte principalement les oiseaux de proie, les pigeons, les tourterelles et les pinsons. Le parasite s’installe dans l’appareil digestif des oiseaux et peut infecter le foie, les poumons et même les os du crâne, selon les informations du Réseau canadien pour la santé de la faune (RCSF), organisme qui étudie divers phénomènes affectant la faune.

Parmi les signes cliniques, on note que les oiseaux infectés peuvent avoir de la difficulté à avaler, à voler et à respirer. Le parasite peut entraîner la mort des oiseaux touchés, mais ne présente aucun risque pour la santé humaine.

La présence de se parasite est connue depuis 2007 dans les provinces de l’Atlantique. Le Québec n’est pas épargné avec une trentaine de cas diagnostiqué entre 2010 et 2020.

«Aucun de ces cas n’était en provenance de la Côte-Nord. La plupart des oiseaux provenaient de Montérégie, Centre-du-Québec et Capitale-Nationale, On peut toutefois noter que 3 cas ont été diagnostiqués sur des oiseaux en provenance de régions plus au nord: 2 cas au Saguenay-Lac-St-Jean (Roberval) et 1 cas en Gaspésie (cap-Chat) » précise Benjamin Lamglait, clinicien enseignant du Centre québécois sur la santé des animaux sauvages.

Le ministère des Pêches et des Forêts de Terre-Neuve-et-Labrador est conscient de la présence de ce parasite depuis 2015 sur son territoire, mais ses représentants n’étaient pas en mesure de préciser la répartition territoriale des cas connus.

Mangeoires

Cette maladie qui menace certaines populations d’oiseaux serait encore peu connue par les scientifiques. Toutefois, on estime du côté du Réseau canadien pour la santé de la faune que les mangeoires à oiseaux pourraient être une partie du problème.

On conseille de retirer nettoyer régulièrement les mangeoires et les bains pour oiseaux en utilisant un nettoyant domestique à faible concentration. Il faut rincez et séchez soigneusement les mangeoires avant de les réutiliser.

Le RCSF demander d’éviter les mangeoires sur table et de privilégier les mangeoires qui gardent les graines au sec.

Le ministère des Forêts, des Parcs et de la Faune demande de ne jamais manipuler d’animaux sauvages morts ou malades à mains nues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s