La pêche au homard a débuté sur la Basse-Côte

La pêche au homard a débuté le 20 mai dernier dans la zone 15 qui s’étend de Blanc-Sablon à Étamamiou. Plus d’une soixantaine de détenteurs de permis ont lancé leur navire dans ce secteur du golfe du Saint-Laurent.

La pêche au homard dans la zone 16 qui comprend l’aire marine entre Étamamiou et Kegaska, ne représente que 9 détenteurs de permis.

Selon les informations de Pêches et Océans Canada, la zone 15 représente quant à elle 66 permis valides.

Pour chacune des zones, la pêche se poursuit pour une durée maximale de 12 semaines et se terminera au plus tard le 18 août pour la zone 15 et le 7 août pour la zone 16.

Des «ordonnances de fermeture spécifiques» comme la présence de baleines peuvent affecter la période d’ouverture de la pêche.

La zone 18l est accessible aux titulaires de permis de la zone 16.

Les casiers doivent être levés au moins une fois à tous les 72 heures.

Code de couleurs et engins de pêche

Pour une première saison, les pêcheurs de homard devront utiliser un code de couleur précis pour identifier leur matériel de pêche. Les détenteurs de permis de la zone 15 devront utiliser des brins vert-jaune-rouge. La première couleur désigne la région, la seconde l’espèce pêchée et la dernière la zone de pêche.

Les bouées utilisées doivent également être identifiées avec un numéro d’enregistrement du bateau (NEB) et un numéro individuel pour chaque bouée.

Pêches et Océans demande également aux pêcheurs de déclarer toute perte de matériel en remplissant le formulaire destiné à cet effet.

Baleines noires

«Afin de se conformer avec la mise en œuvre du règlement américain dérivant de leur loi Marine Mammals Protection Act (MMPA)» les titulaires de permis doivent rapporter toute observation ou interaction avec les espèces en péril dont le rorqual bleu, le béluga, le grand requin blanc et la baleine noire.

Si une baleine est observée, il est important de garder une distance minimale de 100 mètres et le double si la baleine est accompagnée d’un baleineau. Les pêcheurs doivent également communiqué avec le MPO pour indiquer les coordonnées et l’heure de l’observation et, dans la mesure du possible, des photos et vidéos.

Si une baleine noire est empêtrée dans un engin de pêche, il est tout à fait déconseillé de tenter de libérer l’animal qui peut avoir un comportement imprévisible et dangereux.

Les pêcheurs sont plutôt invités à communiquer avec le MPO.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s