Baisse des revenus de pêche sur la Côte-Nord en 2019

Industrie des pêches – Photo: Pêches et Océans Canada

L’an dernier a été une année de pêche record en matière de valeur totale des prises. Selon les données préliminaires de 2019 de Pêches et Océans Canada, la valeur des débarquement s’élève à 378 M$, soit une augmentation de 10% en comparaison de 2018. Les pêcheurs de la Côte-Nord n’en ont toutefois pas profité puisque la valeur des poissons débarqués a diminué de 12%.

Selon les chiffres préliminaires de Pêches et Océans Canada, les pêcheurs de la Côte-Nord n’ont ramené que pour 74 M$ de poissons l’an dernier, soit 19% de la pêche totale québécoise.

Une diminution due à la baisse de quotas dans plusieurs zones de crabes des neiges au nord du golfe du Saint-Laurent, selon Pêches et Océans Canada.

Classement des ports selon la valeur du débarquement – Photo: Pêches et Océans Canada

En comparaison, les ports de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent ont vu leurs revenus augmenter de 20% pour récolter près de la moitié des revenus des pêches (186 M$) et ceux des Îles-de-la-Madelaine en reçoivent près du tiers (118 M$), soit une augmentation de 14% par rapport à 2018.

Pour la Basse-Côte-Nord, Pêches et Océans Canada classe le port de Kégaska en 12e position provincial selon la valeur du poisson débarqué (9 M$). Sept-îles est en 7e position avec 14 M$.

Si la valeur des pêcheries a augmenté, la quantité de poisson pêchée est demeuré essentiellement la même à 45 710 tonnes.

La meilleure année de pêche de l’histoire demeure 2017.

Valeur totale des pêcheries depuis 2013 – Photo: Pêches et Océans Canada

Moteur de l’industrie

Le moteur de l’industrie des pêches demeure le crabe des neiges qui représente, avec 46% de la valeur des débarquement, l’espèce la plus lucrative du Québec. À elle seule, l’industrie du crabe des neiges représente 174 M$ ce qui représente une petite de 3% par rapport à 2018.

Les pêcheurs de homard ont battu tous les records l’an dernier avec une hausse de 20% de la valeur pêchée. Avec un débarquement de 142 M$, le homard représente 38% de l’industrie des pêches au Québec.

L’augmentation du prix de la crevette de plus de 8% et une hausse des captures ont permis à cette industrie de prendre 8% du marché avec 31 M$.

La valeur des débarquements de poissons de fond a augmenté de 16%, celle des pélagiques (capelan, hareng, maquereau) a augmenté de 5% et celle des mollusques a diminué de 4%.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s