Infirmières harcelées en Basse-Côte-Nord

Le syndicat demande une enquête indépendante

Photo: Mickael Lambert

Le Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ-CSQ) dénonce le climat de travail malsain pour les employés du CISSS en Basse-Côte-Nord. Des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires seraient victimes de discrimination et de harcèlement de la part d’une gestionnaire et d’un membre du collège des médecins. Pour mettre en lumière la situation, le SIISNEQ demande au CISSS de la Côte-Nord de faire appel à une firme indépendante.

Le SIISNEQ a entamé un véritable bras de fer face au CISSS de la Côte-Nord pour défendre certains de ses membres qui affirment être victimes de harcèlement.

Le 18 février dernier, le syndicat a déposé un grief pour harcèlement psychologique qu’auraient vécu plusieurs membres «demandant au syndicat de mettre fin à un climat malsain dans leur milieu de travail en Basse-Côte-Nord», explique le SIISNEQ par voie de communiqué.

Nathalie Savard, présidente du SIISNEQ

Un mémo a été envoyé aux membres concernés afin qu’ils rapportent les situations problématiques auxquelles ils ont fait face ou dont ils ont été témoin. En réponse à la démarche, le CISSS de la Côte-Nord a mis en demeure le syndicat lui ordonnant de «cesser toute action directe ou indirecte visant à porter atteinte à la réputation», selon le communiqué du SISSNEQ.

«En 17 ans d’implication, je n’ai jamais fait face à une telle situation», assure Nathalie Savard, présidente du SIISNEQ.

Le syndicat estime que la mise en demeure est une tentative de bâillon pour l’empêcher de défendre ses membres et demande au Tribunal administratif du travail (TAT) de se pencher sur la démarche du CISSS et d’exiger que le Centre intégré de santé y mettre fin.

Une plainte a également été acheminée au Colègue des médecins concernant un membre du corps médical de la Basse-Côte-Nord. Le syndicat reproche à ce médecin dont l’identité n’a pas été mentionné d’avoir tenu des «propos insultants, dénigrants et qui constituent des attaques à l’endroit de collègues de la profession infirmière».

Le SIISNEQ a porté le dossier sur la place publique lundi en annonçant une conférence de presse au Château Arnaud de Sept-îles.

Nathalie Savard assure que le syndicat a tenté de régler la situation en amont avec le CISSS, sans succès.

«Il y a des gens dont les actions sont problématiques et c’est pour cela que nous demandons une enquête, mais il y a aussi de l’inaction» reconnaît Nathalie Savard.

Ministre McCann interpellé

Le SIISNEQ souhaite également emmener le dossier sur le plan politique en demandant à la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann à agir. Le syndicat rappelle que la ministre McCann s’était engagée à vouloir mettre fin à la loi d’Omerta dans le secteur de la santé.

Pour le moment, le CISSS de la Côte-Nord n’a pas répondu aux demandes du syndicat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s